L’exposition avicole ravit petits et passionnés

https://www.lanouvellerepublique.fr/loir-et-cher/commune/fontaines-en-sologne/l-exposition-avicole-ravit-petits-et-passionnes

5aa48a3f479a45a22c8b461e

L’exposition avicole, rendez-vous d’éleveurs proposé par La Basse-cour du Loir-et-Cher, attire aussi des familles en balade dans les serres d’Hortisologne.

Debout devant une cage, un petit garçon haut comme trois pommes lance un regard avide vers l’un des lapins géants de Didier Arnaud-Alexandre. Assistant à la scène, l’éleveur, souriant, signale qu’« il serait inenvisageable de laisser » un animal comme celui-ci à un tout-petit : « Le lapin est très fragile au niveau de la colonne vertébrale. » Les familles qui visitent, en quête d’un compagnon, l’exposition nationale d’aviculture qui se déroule ce week-end dans les serres d’Hortisologne, à Fontaines-en-Sologne, devront donc choisir ce dernier non seulement en fonction de leurs goûts, mais aussi de l’âge de leurs enfants. Pour le reste, souligne Didier Arnaud-Alexandre, un lapin peut s’élever « comme un chat »domestique, « avec une litière ». Un conseil, néanmoins, à leur propriétaire : mieux vaut le parquer, à la maison, sous peine de s’exposer à des dégâts !
Didier Arnaud-Alexandre adhère « depuis de nombreuses années » à l’association La Basse cour du Loir-et-Cher, organisatrice de l’événement – qui se déroulait auparavant à La Ferté-Beauharnais. Le collectif, présidé par Antoine Philippe (qui a pris la succession de Paul Aznal, désormais commissaire général), indique que deux cent soixante cages ont été installées pour la douzième édition de l’exposition. Elles abritent des poules, des lapins, des pigeons, des cobayes, des palmipèdes.
Un phénomène de compétitionVendredi, c’est-à-dire le lendemain de l’arrivée des animaux, des juges officiels ont procédé à des évaluations, de manière anonyme. Des notes, comprises entre 90 – « pour les moins bonnes » – et 96,5 – « pour les meilleures » – ont été attribuées selon des critères spécifiques à chaque espèce, à chaque race. Un bon résultat « donne une réputation à un élevage », fait remarquer Antoine Philippe, approuvé par Didier Arnaud-Alexandre. Celui-ci estime que le phénomène de compétition permet aux passionnés récompensés de ressentir une grande « fierté ».
Hier et aujourd’hui, les serres d’Hortisologne ont été et seront le théâtre d’achats d’oiseaux et de mammifères. « Un bureau des ventes est installé », précise le président de La Basse cour. Le commerce s’effectue à la fois entre aviculteurs – certains souhaitant « ramener du sang » dans leurs élevages – et à destination de particuliers, éprouvant un coup de cœur pour un bel animal.
L’exposition se poursuit ce dimanche, de 9 h à 18 h, route de Soings, à Fontaines-en-Sologne. Entrée libre.